Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



mercredi 27 mars 2019

ch.40 Un trio mémorable




Annelie s’apprête de nouveau pour une nouvelle partie de jambes en l’air. Son épilation est presque parfaite, un dernier coup de rasoir pour peaufiner, une crème hydratante et sa peau est lisse et plus soyeuse, dénudée de tout poil comme Nicolas aime. Ces derniers temps Annelie prend beaucoup de plaisir à retrouver Nicolas, au sens propre comme au sens figuré… Mais aujourd’hui, l’excitation culmine, était-il sérieux quand il parlait d’organiser une petite fête à 3 avec son copain Christophe arrivé des États-Unis ? Christophe est un homme charmant, doux et attentif, un intellectuel qui satisfait l’attirance sapio-sexuelle d’Annelie. Mais ce n’est pas ça qui l’excite tant, ce qui l’excite aujourd’hui c’est de jouer à trois, avec deux hommes. Elle a déjà joué à 4, plusieurs fois, mais l’équilibre homme femme lui permettait d’avoir un rôle moins prédominant, là elle se demande si elle sera à la hauteur… et surtout une question revient sans cesse : « que fait-on avec 2 hommes ? »…
-       Quels sous-vêtements je mets ? Le rose ou le noir ? demande Annelie.
-       Peu importe, tu ne les garderas pas longtemps:) … lui répond Nicolas.
Il ne savait pas si bien dire, je pense que même lui à ce moment-là ne s’attendait pas à ce qu’elle se retrouve si vite nue sur le lit les jambes écartées, la tête de Christophe plongée dans son sexe.
L’heure du rendez-vous arrive, ils passent récupérer Christophe au musée pour l ’emmener à l’hôtel. Annelie est silencieuse, les deux hommes parlent de tout et de rien. Vont-ils vraiment à l’hôtel ou était-ce une plaisanterie de Nicolas ? Annelie est un peu confuse, déboussolée, ces deux-là sont si calmes, comme s’ils allaient au café du coin. Un peu mal à l’aise et nerveuse, Annelie n’ose pas intervenir dans la conversation, elle se contente de sourire et de rester discrète. Arrivée sur le parking de l’hôtel, elle inspire profondément, c’est donc vrai, il ne plaisantait pas.... Nicolas se gare et lance à Christophe :
-       On va te montrer ce qui se passe ici, ces 10 dernières années.”
Christophe sourit, complice.
Les pensées se bousculent dans la tête d’Annelie. Comment cela va-t-il se passer ? vont-ils simplement se présenter à 3 à l’accueil et demander une chambre ? Annelie rougit… elle descend de la voiture et glisse à Christophe qu’elle est un peu timide…
-       Toi, timide ? Lance Nicolas en riant joyeusement.
Annelie rougit de plus belle.
-        Ne t’inquiète pas, moi aussi je suis timide. La rassure Christophe très calmement.
À l’accueil, elle veille à rester à moitié cachée par le pilier pendant que Nicolas prend la clé, un peu honteuse, mais aussi extrêmement excitée à l’idée que quelques étages les séparent d’une rencontre inoubliable et elle sent monter en elle une envie torride de plaisir et de sexe. L’ascenseur est extrêmement étroit ; d’habitude ça ne la dérange pas, ça lui permet de se frotter contre son amant et de l’aguicher. Cette fois, elle ne se sera pas contre Nicolas, en maître de cérémonie, il envoie Annelie et Christophe en premier, lui, prendra le suivant. Un peu gênée de faire quelque chose sans Nicolas, dans l’ascenseur c’est le calme absolu. Les 5 étages sont interminables.
Ils ouvrent la porte de la chambre, Annelie se précipite aux toilettes, le stress lui fait toujours le même effet, à croire que sa vessie est connectée au rythme des battements de son cœur. Pour être honnête, elle gagne aussi du temps, ça lui permet d’attendre Nicolas, mais qu’est-elle supposée faire ? Lorsqu’elle sort de la salle de bain, Nicolas est arrivé. Soulagée, elle se colle contre lui et l’embrasse fougueusement. Alors que Christophe passe par la salle de bain à son tour, Annelie retire son pantalon... En sous-vêtements et chemisier, elle embrasse Nicolas qui est désormais en caleçon et lui caresse la poitrine. Christophe revient et c’est au tour de Nicolas de passer à la salle de bain. Annelie n’a pas envie de le voir s’éloigner… 

Acte I
Elle reste debout près de Christophe qui, à moitié dénudé, finit de se déshabiller à la hâte. En quelques secondes, ce soi-disant timide prend les rênes… il embrasse Annelie et lui caresse les seins. Elle glisse une main sur ses couilles délicatement puis enlève son chemisier, il dégrafe son soutien-gorge puis lui glisse à l’oreille de se jeter vite sur le lit. Elle retire sa culotte, ou est-ce lui qui la lui retire ? Un peu enivrée elle agit mécaniquement et se met nue sur le lit… Nicolas va arriver… mais avant même que Nicolas ne revienne, il se jette sur son entrejambe et la dévore avidement. Le plaisir est intense et immédiat. La gêne éprouvée a disparu, tout est clair, elle sait très bien ce qu’elle fait et la situation l’excite au plus haut point. Elle gémit les cuisses grandes écartées, alors que ses lèvres et sa langue s’occupent de son clitoris, il enfonce deux doigts dans son vagin… l’extase. C’est alors que Nicolas revient, très surpris de voir la situation si avancée, mais aussi extrêmement excité de voir Annelie prendre un tel plaisir sous la langue de son ami aussi rapidement.
-       Ça a un air de déjà vu, lance-t-il.
Effectivement, des années en arrière alors qu’il rentrait du travail dans son hôtel aux états unis, il avait retrouvé Christophe dans sa chambre entrain de baiser une nana, ni une ni deux, il s’était déshabillé et l’avait aidé dans sa besogne. 
Cette fois, ce n’était pas la nana de Christophe, mais la sienne… 
Annelie lui fait signe de vite venir près d’elle. Un peu gênée de ne pas l’avoir attendu et d’en être déjà là, un peu inquiète de la réaction qu’il aura, mais aussi surtout très avide de ses baisers et de partager ça avec lui. Il l’embrasse, elle soupire dans sa bouche. Bon Dieu que c’est agréable de jouir dans ses bras sous la langue d’un autre.
À partir de ce moment, les orgasmes se succèdent. Annelie est traitée comme une princesse, attentifs à ses plaisirs, doux et puissants ils se concertent et se concentrent sur son plaisir. Une main caresse son clitoris pendant qu’une autre pénètre son vagin et masse fougueusement son point G, une main sur un sein et une autre main sur l’autre sein, une bouche sur le ventre une autre dans le cou, mais à qui sont ces mains ? Si parfois elle reconnait les caresses ou le doigté de Nicolas, parfois elle est confuse… et cette confusion est délicieuse. L’alternance de bouches et de mains l’envoie au septième ciel plusieurs fois. Les traits tirés, elle jouit parfois en silence de peur qu’ils arrêtent et parfois dans une cambrure de reins incontrôlée, puissante. Dans les moments plus calmes, elle prend le sexe de Nicolas dans sa main droite et celui de Christophe dans sa main gauche. Elle se plait à les sentir tous les deux gonfler sous ses doigts. Puis l’un ou l’autre revient sur son entrejambe et la fait jouir de plus belle.
Favorisant un peu Nicolas dans ses caresses et ses baisers, elle décide de s’occuper de Christophe. Allongée sur le dos, elle se laisse dévorée par Nicolas, les cuisses grandes ouvertes, il n’a pas besoin de les lui tenir pour qu’elles restent bien écartées… elle attire Christophe vers elle. Il lui caresse la poitrine, elle glisse sa main sur ses bourses, les masse généreusement puis remonte le long de sa verge. Il se met à genou à côté de sa tête, le sexe au-dessus de son visage. Elle lui lèche les couilles et de la pointe de sa langue parcours son sexe tendu de la base à la tête et redescend. Il pose son sexe sur ses lèvres horizontalement, elle entre-ouvre la bouche, arrondit ses lèvres et le dévore faisant glisser sa bouche humide de la base de sa queue vers son gland et revient. Au moment où ses lèvres glissent de nouveau vers son gland il lui dit à demi-mot :
-       Je suis prêt à exploser, tu sais, ça fait si longtemps…
-       Pas de problème, lui répond-elle dans le souffle d’un nouvel orgasme déclenché par la langue de Nicolas.
À cet instant précis, elle sent un doux liquide chaud et abondant jaillir du gland de Christophe et se répandre sur sa bouche, sur sa langue et sur sa joue en giclées régulières. Elle crache un peu le sperme en excès. Christophe la caresse tendrement puis part dans la salle de bain. Annelie s’essuie vaguement sur le drap et l’oreiller, l’idée d’embrasser Nicolas avec le goût du sperme de son copain sur la bouche la gêne. Nicolas est toujours entrain de la bouffer. Elle le veut en elle profondément. Elle ressent quelque chose d’extrêmement puissant. Ce qu’il lui offre aujourd’hui, ce qu’il lui fait vivre, est sans doute la plus belle preuve d’amour qu’elle n’ait jamais reçue. Elle attrape la tête de Nicolas à deux mains, et lui enfonce un peu plus le visage dans son sexe ruisselant… qu’il la bouffe encore et encore à n’en plus finir!… Elle bouge frénétiquement dans des spasmes incontrôlables et part de nouveau dans un de ces orgasmes d’une puissance rare. Elle retombe, lorsque Christophe revient très prévenant, une serviette humectée à la main pour essuyer le sperme sur son visage, pour l’essuyer.

Acte II
Après quelques instants pour reprendre sa respiration, Annelie couchée entre Christophe et Nicolas se tourne vers Nicolas, l’embrasse chaudement, glisse sur son torse, le couvrant de baisers et descend sur son sexe. Elle le lèche doucement, lui masse les couilles et l’anus alors qu’elle engloutit son gland et le fait entrer sortir entre ses lèvres. Elle joue de la pointe de sa langue entre ses bourses et remonte le long de sa verge. Nicolas est sur le dos Annelie est perpendiculaire à lui à la hauteur de son sexe et décide de se mettre à 4 pattes sur le lit, offrant sa croupe au pauvre Christophe mis un peu de côté. Il la lèche, puis décide d’enfiler ses doigts, il va et vient de ses deux doigts, alors que Nicolas joue avec son clitoris. Ses seins ballottent. Elle devient dingue. Elle engloutit en gorge profonde le sexe de Nicolas qui gémit. Son regard remonte vers le mur, quel dommage qu’il n’y ait pas de miroir, elle aurait aimé se regarder engloutir son amant et voir en même temps juste derrière son cul cet homme qui la pilonne. Elle le lèche frénétiquement, au rythme de ses orgasmes. Il part à son tour dans un cri d’orgasme étouffé. Annelie aime quand il jouit, Annelie aime quand son plaisir se lit sur son visage, quand son sperme gicle dans un battement de cœur et que son corps oscille… ça la met dans tous ses états. Elle pose la tête sur le lit, le cul toujours en l’air. À qui sont ces doigts dans son vagin ? À qui sont ces mains qui écartent ses fesses bien grandes ? À qui sont ces doigts sur son clitoris ? Quel est donc ce plaisir intense qui l’envahit ? Elle en perd la tête, elle se sent exposée, ouverte, remplie, comblée, dilatée, aimée dans tous les sens du terme, baisée comme une reine. Prise d’orgasmes violents, elle savoure chaque instant, chaque stimulation. Elle se remet sur le dos et c’est alors que Christophe (ou était-ce Nicolas ? ou les deux en même temps ?) pince ses seins avec une violence extrême et fort appréciée à ce moment précis. Nicolas décide alors de la faire éjaculer. Il connaît le point sensible, lui seul arrive à cette prouesse, même Annelie dans les cas de grandes solitudes n’arrive pas à se faire éjaculer toute seule. Elle est dilatée, tellement dilatée qu’il fait aller et venir ses 5 doigts en vrille à l’intérieur de son corps qu’il a pris soin d’enduire de gel auparavant. Son point G se gonfle et devient granuleux, d’une sensibilité extrême. Christophe, lui, caresse son clitoris avec ferveur. Ses joues s’empourprent violemment, le plaisir qui monte en elle, comme une bouffée de chaleur envahit tous ses organes, son cœur bat fort, sa respiration s’accélère, leurs corps ne font qu’un, il est en elle, pantelante, elle voudrait que cet état d’osmose ne s’arrête jamais. Un liquide chaud et abondant gicle hors de ses entrailles et glisse entre les doigts de Nicolas et le long de la cuisse d’Annelie… Christophe s’en est-il rendu compte ? Lui a-t-elle pissé dessus aussi ? Ses éjaculations la surprennent toujours. La toute première fois que c’est arrivé, elle était gênée ne comprenant pas très bien ce qui se passait, éjaculait-elle ou était-ce de l’incontinence urinaire ? Nicolas, lui, en est sûr, il n’y a pas de doute, il sait que la texture du liquide est différente, l’état de son sexe après aussi… même s’il s’amuse à lui dire qu’elle lui pisse dessus, au fond de lui, il est fier lorsqu’il réussit à la faire éjaculer. Elle ressert ses cuisses, cette fois elle a besoin d’une pause.

Acte III 
Tranquillement allongée sur le lit à bavarder, un homme à gauche et un homme à droite, Annelie reprend son souffle. Nicolas n’est pas très long à s’aventurer sur son pubis de nouveau. Il plaisante, pense-t-elle, le corps lourd, persuadée que la séance est terminée… pas du tout… il la caresse et l’envie monte en elle de nouveau. Christophe qui réalise que c’est reparti pour un tour n’a pas l’air de s’en plaindre. Il pose sa jambe sur celle d’Annelie veillant à ce qu’elle écarte bien ses cuisses et ne puisse pas les refermer. Les caresses reprennent doucement et se font plus insistantes. Elle saisit le sexe des 2 hommes à pleine main et les masturbe en cadence. Ses mains vont et viennent le long de leur verge au rythme des doigts qui entrent et sortent de son sexe, au rythme des caresses sur ses seins, au rythme du va-et-vient sur son clitoris gonflé et à l’agonie. Ce mélange de caresses est divin… un liquide chaud ne tarde pas à gicler dans la main d’Annelie, Christophe jouit de nouveau…sans bruit… elle essuie sa main sur son sein et lui caresse délicatement les bourses. Puis se concentre sur Nicolas. Elle le caresse avec engouement, son sexe est dressé et sa main glisse facilement. Il la serre fort contre elle, si fort qu’il pourrait la briser, elle adore ça. Dans cet élan de plaisir et d’amour, elle abandonnerait tout. Il resserre les cuisses et écarte celle d’Annelie de nouveau. Christophe est revenu, il lui caresse le ventre, les seins, elle voudrait réussir à écarter plus ses cuisses pour mieux les accueillir tous les deux, mais est-ce en fait possible physiquement d’écarter plus que ça ? Christophe glisse deux doigts en elle et masse son clitoris gonflé. Elle est dans un état d’excitation extrême de nouveau. Nicolas prend la main d’Annelie et la pose sur son clitoris. Elle sait ce que ça veut dire. Sans s’échanger un seul mot, elle sait qu’il veut qu’elle se masturbe devant lui et la regarder. Il adore ça et elle aime qu’il la regarde. Elle pousse légèrement la main de Christophe qui ne semble pas bien comprendre, il garde ses doigts en elle et ça lui convient très bien. Elle commence à se caresser sous le regard attentif de Nicolas. Christophe mettra un moment avant de réaliser ce qui se passe. Elle ferme les yeux pour mieux s’abandonner, pour mieux écouter son corps, pour ne pas se laisser troubler, un instant elle oublie leur présence sachant très bien que c’est pour le plaisir de leurs sens qu’elle le fait, elle se caresse de plus en plus rapidement, de plus en plus fort. Et dans un spasme incoercible son corps forme un arc, son visage se déforme les veines de son cou saillantes, l’orgasme s’empare de tout son être emprisonnant les doigts de Christophe dans une ultime contraction vaginale. Chaque muscle se tend puis elle retombe, atone. C’est alors qu’elle entre-ouvre les yeux, qu’elle aperçoit le regard ébahi de ses deux amants et s’en amuse.

-->
Quelle séance ! Vraiment Christophe c’était un réel plaisir de faire ta connaissance… Merci Nicolas.