Nombre total de pages vues

Introduction

Le souvenir s'efface, se transforme, les écrits restent. Je voulais témoigner d'un moment de vie, un moment de passion, le partager, le faire vivre a travers quelques mots, quelques pensées profondes. Témoigner et dire la vérité sur ce qui se passe dans la tête, non pas de toutes les femmes, mais d'une femme en particulier. Que se passe-t-il lorsque cette femme mariée de 40 ans se lance dans des ébats amoureux et passionnés, lorsqu'elle décide de réveiller sa libido et se lance dans l'échangisme, lorsqu'elle fantasme... a quand remonte cet erotisme? Dans les romans tout est beau, ici, il y a aussi des maladresses. Que se passe-t-il vraiment dans la chambre et dans la tête d'Annelie? Pourquoi son mari ne lui suffit plus ? Comment recours t'elle à une aide extérieure réelle ou imaginaire? Amis voyeurs j'espère vous faire vivre des moments d'érotismes intenses, d'exhibition et de libertinage... Des mots qui laisseront libre cours à l'imagination... A bon entendeur....



mercredi 16 janvier 2013

ch.30 plaisir et Aneros




Ils s'embrassent, se touchent, se caressent tendrement dans la cuisine, devenue lieu de prédilection. Nicolas glisse la main dans sa jupe sans l'ouvrir comme il le ferait avec un pantalon. Il serre son clitoris entre ses deux doigts et la caresse en l'embrassant à pleine bouche. Il dévore son cou, elle frissonne de tout son corps. Il dégrafe son soutien gorge et sous son chemisier pince le bout de ses seins durcis. Elle baisse son pantalon et en équilibre sur ses talons hauts elle s'accroupie et le prend dans sa bouche pendant qu'il boit son café. Elle joue de sa langue, il entre et sort entre ses lèvres. Alors qu'elle se sert de ses lèvres pour aspirer la peau de ses testicules, et que de la pointe de sa langue elle s'applique à lui donner du plaisir, il se dévêtit de son pull et de sa chemise puis torse nu lui caresse la tête et les cheveux. Son sexe est si tendu qu'Annelie prend beaucoup de plaisir à le prendre dans sa bouche et à le lécher. Nicolas l'entraine alors dans la chambre. Elle retire sa jupe et son chemisier. Puis s'étend en string, bas nylon et chaussures à talons sur le lit, les seins tendus implorant une attention particulière. Nicolas la tire vers le bord du lit, la dévêtit complètement et agenouillé au sol il plonge la tête entre ses cuisses, dans son sexe humide et doux et d'une main agile torture son sein excité. Annelie aime ces sensations fortes, elle aime sentir son désir, elle se tortille, elle sent l'orgasme qui monte,  elle savoure...
Son bas resté sur le lit lui donne une idée, elle demandera à Nicolas plus tard de lui attacher les mains avec... En attendant elle agrippe les cheveux de Nicolas et guide sa tête vers l'orgasme. Son corps se raidit, une décharge électrifie tout son corps, elle explose de plaisir sans plus aucun désir de se retenir. Il s'allonge sur le lit elle l'embrasse et le caresse, aujourd'hui elle voudrait que le plaisir soit centré sur lui. Leurs baisers sont très tendres et passionnés, le contact de ses lèvres la fait frémir à chaque fois. Elle caresse d’une main son pénis en l'embrassant tendrement puis quitte sa bouche pour glisser vers son sexe en érection. Elle est penchée sur lui sur son coté, quasi a quatre pattes, lui offrant sa croupe et son dos cambré… il ne résiste pas, ses doigts glissent sur son sexe humide et le pénètre  puis il la tire vers lui et la dévore de nouveau dans un 69 érotique à souhait. Les sensations sont si fortes qu'elle délaisse le pénis de son amant un moment pour s'assoir sur sa bouche et se concentrer sur ce plaisir inouï qu’il lui procure. Sa langue est si douée. Elle part de nouveau dans un torrent de sensations fortes, son sexe coule sur sa bouche, elle se retourne vivement pour l'embrasser et lécher les lèvres chaudes et humides de son amant qui portent encore son goût, puis glisse de nouveau le long de son corps. Elle aime se blottir recroquevillée entre ses cuisses écartées et le dévorer en le regardant, elle se dédie complètement à son plaisir. Sa verge suinte légèrement, elle la lèche et frotte son gland contre ses lèvres humides entrouvertes, puis contre son palais doux et chaud.
Il la bascule, écarte ses cuisses et de ses doigts la caresse doucement. Par moment il insiste sur son clitoris lui donnant un plaisir infini et à d'autres il la fait languir. Elle serre ses mains l'une contre l'autre au dessus de sa tête et se laisse torturer de plaisir. Elle attrape son bas l'entoure autour de son poignet et tend ses mains a son amant pour qu'il les attache. Cette impuissance à le toucher et à se toucher lui plaît. Il continue de la faire jouir puis il s'arrête et lui ordonne de ne pas bouger. Il a ramené ses jouets. Il met en vibration son Aneros et le fait glisser sur le sexe d'Annelie. La vibration est agréable, il glisse l'objet entre ses lèvres mouillées plusieurs fois et la pénètre doucement avec. Alors qu'il le bloque en elle, il caresse son clito. Les sensations sont intenses et mélangées. Les vibrations sont agréables mais l'objet en question n'est définitivement pas adapté à l'anatomie féminine.... Alors qu'il se penche sur elle et la lèche de nouveau, elle détache ses mains et agrippe ses cheveux. Voila la touche qu'il manquait, sa langue! Toutes ces sensations lui créent de nouveau une explosion orgasmique. Elle sent son cœur s'accéléré, ses muscles se bander, son esprit divaguer sous la douce charge électrique qui irradie son corps. En apnée quelques secondes, puis tout redevient calme, sa respiration reprend. Elle aimerait que cet orgasme dure plus longtemps… Elle retire doucement l'Aneros de son vagin, il est très glissant, avec l'intention de le glisser en Nicolas. Elle le met d’abord en vibration contre ses bourses en prenant sa verge dans sa bouche. Elle suit l'envie du moment et surtout les réactions de Nicolas. Elle s'assure que chaque partie est excitée, il apprécie les vibrations. Il aime quand elle le suce, il se laisse faire en pacha la regardant par moment et savourant les yeux clos à d'autres moments. Elle, elle le fixe. Elle le désir, l’envie de le sentir glisser en elle s'intensifie, l'envie qu'il s'enfonce délicieusement dans ses entrailles et la fasse crier de plaisir devient irrépressible. Elle lui tend l'Aneros et remonte l'embrasser, elle lui fait dévorer ses seins et se prépare à le monter en cavalière bien obéissante, pendant qu'il place l'Aneros en lui. Annelie qui brule de désir, est prise d'une envie de lui donner un plaisir fou. Elle le caresse, le dévore et puis décide de s'asseoir sur son sexe si tendu . Nicolas l'a prévenue, il peut exploser à n'importe quel moment, sans crier garde et il ne tiendra surement pas très longtemps... Elle s'en moque... qu'il explose! Elle veut sentir sa puissance orgasmique tout au fond de son corps elle veut voir les traits de son visage se tirer jusqu'à la jouissance extrême, sentir qu'elle lui procure un plaisir démesuré à outrance. Elle s'assoit sur lui et se pénètre de son sexe doucement. Son visage change déjà, ses yeux doux regorgent d'envie et de désirs. Elle accélère le rythme, elle le serre fort dans son vagin, ses mouvements de bassin lui procure un plaisir intense. ce va et vient dure plus longtemps qu'il ne craignait, il savoure les yeux mis clos dans un état second absolu puis il hurle de plaisir, l'explosion est telle que tout son corps se raidit comme un cheval qui se cambre, il lui serre les poignets avec une telle force qu'il pourrait les briser. Elle continue à bouger doucement, c'est insoutenable, ses yeux se creusent, jamais elle ne l'avait vu dans cet état, elle est ravie. Son corps retombe, il ne bouge plus anéanti par un plaisir féroce. L’Aneros a définitivement intensifié son orgasme; l'expérience est très concluante. Il git sur le dos incapable de bouger. Annelie descend doucement et s'allonge près de lui. Elle lui caresse le visage, douce et câline, il sourit, son visage fatigué rayonne. Il restera agar jusqu'au soir, pris de sommeil dans l'après midi il fera une petite sieste, sa femme qui d'habitude ne remarque rien, se demandera pour une fois s'il n'est pas malade... malade de trop d'amour, de trop d'intensité orgasmique, quelle belle maladie...
Quant à Annelie, un peu après son départ, alors qu'elle rangera la chambre elle repensera à la violence de l'orgasme de Nicolas et sentira le désir de nouveau monter en elle. Elle sortira son godemichet et se caressera doucement avec puis se pénètrera avec force et rapidité. A genoux sur le lit, elle montra et descendra sur l'objet du désir, puis la tête sur l'oreiller et les fesses en l'air elle continuera le va et vient d'une main et se masturbera le clitoris de l'autre. Les yeux fermés, dans l'extase la plus complète, elle gardera en mémoire le visage de Nicolas au moment de son orgasme... Et lorsque son corps vidé se relâchera, elle s'écroulera sur le lit, sur le coté recroquevillée, la jupe remontée, sans culotte, le gode posé sur son genou... elle restera ainsi immobilisée plusieurs longues minutes avant de se ressaisir et reprendre ses activités quotidiennes… quelle merveilleuse déchéance …



1 commentaire:

  1. Merveolleuse déchéance. Je n'aurais plus znvie de sortir de la cuisine...

    RépondreSupprimer